Maïs Grain Humide

Maïs Grain Humide

La conservation du maïs grain humide (MGH), broyé par ensilage ou entier par inertage en l’absence d’air, est un mode de conservation naturel. Ses intérêts nutritionnels, économiques et organisationnels pour l’alimentation des porcs, vaches laitières, bovins à l’engraissement, moutons et canards sont bien connus. Cette ressource apporte aux éleveurs plus de lien au sol et de traçabilité directe sur l’exploitation.

Côté « VERT» : DES ÉCONOMIES DE SÉCHAGE

Conservé humide, le MGH ne consomme pas d’énergie de séchage. A raison par exemple de 3 kg de gaz évités par quintal (s’il fallait ramener l’humidité de 35 à 15%), l’économie se chiffre à 3 200 kWh/ha, soit environ deux fois la quantité de fuel nécessaire pour cultiver un hectare de maïs. On évoque souvent une économie de 25 à 30 €/T pour l’éleveur...

Quelques recommandations pour valoriser au mieux le Maïs grain Humide

Bien gérer les résidus de récolte

Les résidus de surfaces constituent un potentiel infectieux par les maladies fongiques (fusarioses notamment) pour le prochain maïs semé. Quand la législation le permet, le broyage des cannes immédiatement après récolte est important.

Gestion de la fertilisation azotée : concilier performance et respect de l’environnement

L’azote est un enjeu majeur pour l’environnement ; la responsabilité sociétale du producteur comme son intérêt économique est de n’apporter que l’azote strictement nécessaire au développement des plantes. L’apport organique constitue l’essentiel de la fertilisation azotée habituelle en système MGH :

  • En lisier, maîtriser au maximum la volatilisation du lisier à l’épandage par l’enfouissement est un enjeu majeur.
  • En fumier, apporter précocement un fumier pas trop pailleux est aussi capital.

L’engrais azoté de libération rapide apporté en foliaire, quand il est possible dans le plan de fumure, en minéral ou organique, permet aussi au maïs d’attendre la minéralisation de la matière organique. 

En effet, le besoin d’azote est exponentiel à partir de 8 feuilles du maïs… tout retard de disponibilité d’azote pour la plante montre un impact conséquent tant sur le rendement que sur la valeur protéique.

Fractionner quand c’est possible les apports permet de coller à la réalité de l’absorption de l’azote par la plante. 

  • Le maïs n’absorbe pratiquement pas d’azote pendant le premier mois de végétation.
  • A partir de 8 feuilles, le maïs doit capter l’azote en quantité importante.

 mais plantule silo tour

Conseils :

  • Apporter tôt le fumier
  • Se réserver si possible un léger apport azoté en foliaire ou incorporé pour sécuriser dès mi-juin le besoin azoté précoce 

Gestion des foreurs

Prendre des mesures pour limiter les attaques de parasites, foreurs type pyrales en particulier qui favorisent la contamination par les champignons fusarium vecteurs de toxines dites mycotoxines souvent néfastes pour les animaux.

 pyrale

 Trou de larve pyrale + larve de pyrale en gros plan en haut à droite

Conseil de critères de choix variétaux

Sécurité de rendement

  • Opter pour une variété à haute productivité grain prouvée par la régularité de sa performance
  • Viser un risque de verse minimal

De la précocité

Utiliser un référentiel précocité propre au MGH car il existe un décalage fréquent de précocité dû à la dessiccation de fin de cycle non nécessaire en MGH (surtout en stockage maïs broyé) ; la date de floraison est parfois un bon indicateur.
En cas d’année froide atypique et de récolte avant maturité physiologique (transfert complet des réserves vers le grain), la précocité floraison créera la différence.

La précocité influence aussi la qualité sanitaire fin de cycle .

En effet de nombreuses études indiquent que la présence de la mycotoxine DON (vomitoxine) est influencée par la date de récolte. 

Recommandation ARVALIS, Institut du végétal : viser une récolte avant le 01 novembre 

Récolter tôt donc opter pour la précocité maïs.

La descente d'humidité du grain ou dessication est variable suivant la variété. La hierarchie de précocité est différente à 38% d'Humidité et à 30%.

Une bonne facilité de battage

La propreté du grain "rendu silo" est très importante. 

Le réglage de la moissonneuse mais aussi le choix des jours & heures de récolte ont une influence certaine.
L’influence variétale n’est pas à négliger : à humidité élevée, les grains de certaines variétés ont tendance à s’écraser au battage…ceux-ci, en plus des pertes occasionnées, pénalisent la propreté finale des grains.
Sur certaines variétés la séparation grains/rafles est plus ou moins facile.
Du grain « mal nettoyé »  peut dégrader la valeur nutritionnelle mais aussi la valeur sanitaire ; la répartition des toxines si présentes dans les grains est répartie de façon inégale, les produits issus des couches internes seront moins contaminés que les produits issus des couches externes comme le son.

facilits de battage

Mesure de facilité de battage réalisée sur 2 variétés de maïs à %H proche (colonne à air INRA utilisée en stations de recherche) - Beaucoup plus de grains cassés sur le témoin

Un bon Poids Spécifique

Chaque variété construit son rendement de façon différente. Le PMG, dernière composante de rendement mise en place par le remplissage des grains est très impactante sur le rendement ! Il est influencé par la bonne alimentation en eau et en éléments nutritifs de la plante début septembre mais aussi par le choix variétal !

En maïs grain entier inerté, la forme et le PMG des grains influencent la masse volumique (ou PS). Ainsi 10% de mieux en PS, c’est 60 T de plus stockées dans le même silo de 600 m3 ! (Ceci n’est qu’une simulation exemple et non une garantie de résultats).
C’est donc un gain de place de stockage conséquent !

 MGHsilotourbroye 

Un comportement sanitaire connu adapté à votre situation

Choisir les variétés en fonction du leurs sensibilités variétales connues à diverses maladies dont les fusarioses et les helminthosporioses.

Attention toutefois à l’adaptation des parasites face à une météo imprévisible : une variété peut être très bien notée pendant 5 ans et pourtant manifester des sensibilités la 6ème année...

Efficacité alimentaire

 

Les paramètres nutritionnels fortement influencés par le contexte pédoclimatique le sont aussi par des critères « variétaux ».

Ci-dessous quelques ratios intéressants, en porcs surtout, selon votre objectif :

Efficacité protéique - 3 critères :

  • % protéines /kg et /ha
  • Lysine brute en g/kg de maïs (ou mieux lysine digestible si disponible)
  • Rapport Lysine/protéines en %

Le plan d’alimentation dépend des objectifs technico-économiques souhaités ; Il doit être adapté en fonction de la qualité des céréales fermières (choix de complémentation et niveau d’incorporation).

Un calcul économique théorique rapide : dans un système « maïs + aliment FAF 40% » : 1,25% de protéine en plus sur son maïs peut faire gagner plus de 3000 € à l’éleveur sur son élevage d’engraissement de 4500 porcs ! (basé sur maïs 140 €/T et aliment FAF 40% à 280 €/T)
Ceci n’est qu’une simulation exemple au temps T et non une garantie de résultats... l'économie varie fortement en fonction du cours des denrées agricoles (cours des céréales, cours du tourteau de soja...)

Efficacité énergétique :
1 critère : Energie nette par kg d’aliment exprimée en MJ
Exemple plan d’alimentation, objectif de croît 850 g/jour :

  • 90-95 kg : 25.06 MJ EN/jour
  • 95-100 kg : 25.44 MJ EN/jour

Nos équipes, pour évaluer rapidement leurs produits dans leur programme de sélection sur le critère E.N. porcs, ont investi dans la technique d’analyse de la spectrophotométrie dans le proche infrarouge (NIRS).

Qualité des gras : Nature des acides gras

  • % de matière grasse (% MG) ; et acide linoléique en g/kg

L’acide linoléique présent en trop forte quantité dans la ration est responsable des gras « mous et jaunes » dans la viande de porcs plus ou moins souhaités en aval de la filière selon le débouché.

 viande

Demandez conseils à votre technicien.